Conseils rapides


Voici quelques conseils rapides pour repenser votre consommation d'alcool:

De petits gestes peuvent aider à réduire les risques associés à la consommation d'alcool.

Établir des limites.

Fixez-vous des limites et respectez-les. Respectez la limite quotidienne : pas plus de 2 verres pour les femmes, ou 3 pour les hommes; la limite hebdomadaire : pas plus de 10 verres pour les femmes, ou 15 pour les hommes.

Buvez modérément.

Prenez votre temps et ne consommez pas plus de 2 verres par période de 3 heures. Évitez des jeux qui demandent de boire rapidement de l’alcool («chugging»). Si vous consommez une grande quantité d’alcool dans un court laps de temps, votre taux d’alcool (TA) augmentera rapidement, ainsi que vos risques de subir des effets négatifs.
Image

Alternez.

Pour chaque verre d’alcool que vous consommez, buvez aussi une boisson non alcoolisée. Vous réduirez ainsi votre consommation d’alcool et espacerez le temps entre chaque verre.

Il n'y a pas de solutions rapides.

Boire du café, éclabousser de l’eau froide sur votre visage, et d’autres techniques n’aident pas à éclaircir l’esprit plus rapidement; seul le temps permet au corps d’absorber l’alcool.

Ne consommez pas en même temps alcool et cannabis.

Chacun réagira différemment à l’alcool et au cannabis; prendre en même temps alcool et cannabis peut mener à des effets imprévisibles et négatifs .

Image

Manger avant et pendant que vous buvez.

Les aliments à haute teneur en protéines sont particulièrement bons pour aider à ralentir l’absorption de l’alcool.

Éviter d’avoir l'estomac vide.

Si vous mangez très peu, ou sautez les repas avant de boire, les effets de l’alcool sont encore plus grands.

Ne pas créer une habitude.

Chaque semaine, prévoyez au moins 2 jours sans alcool pour ne pas développer une habitude.

Ne pas boire alcool et boissons énergisantes

Les niveaux élevés de caféine dans les boissons énergisantes l’emportent sur les effets dépresseurs de l’alcool et masquent les signes d’intoxication, tels que les trébuchements, la parole et la somnolence. Les symptômes d’intoxication peuvent être réduits, mais l’intoxication ne l’est pas.